Les ateliers de Valentina Traïanova visent à prendre en considération l’impact de l’architecture sur la réception et la perception d’une voix. Ils proposent d’évaluer les différentes possibilités, pour une voix donnée, de jouer avec une architecture donnée, et ce en permettant à chaque participant de prendre conscience de son propre potentiel vocal, lequel varie en fonction des lieux.
Il s’agit notamment de considérer la voix comme une sculpture sonore mais aussi de s’intéresser aux trajets des voix. Plusieurs hypothèses d’expérimentation sont proposées : la voix comme matière sonore à modeler par rapport à une architecture spécifique, la voix comme territoire, comme (auto) portrait, comme lieu, comme pays. Peut-être pour en arriver au choix d’un lieu permettant de définir une voix particulière, la sienne.