Tant dans ses réalisations que dans ses recherches graphiques, le graphiste Pierre Vanni s’intéresse à la représentation et aux formes que génèrent les nouvelles technologies de l’image.
Cette problématique du numérique est au cœur des préoccupations actuelles du Cneai, qui initie sur plusieurs années un cycle de recherches sur les mutations du livre et de l’imprimé à l’heure des technologies numériques. Alors que les supports numériques deviennent les principaux instruments d’accès à l’information et entraînent un usage de l’écrit et de la lecture profondément modifié, plus rapide, basé sur les notions de liens et de participation, il s’agit de voir comment imprimé et numérique (print et net) interagissent, et comment la création visuelle et graphique, voire l’art, se saisit de cette révolution.

Ainsi en 2011 et 2012 pour débuter ce programme, Pierre Vanni est invité à conduire un grand projet consacré au devenir du format ancien du « newspaper » ou « journal ». Entouré d’élèves et de jeunes de l’Ile-de-France, ils devront imaginer ensemble ce que sera le format journal dans 10 ans.

Pour ce projet, le graphiste et les groupes se consacrent tout d’abord à une première phase d’étude, à partir d’exemples concrets, de la forme actuelle de la presse, sur ses supports tant papier que électronique : ses différentes mises en page, ses choix de hiérarchisation de l’information, ses registres de typographies, ses rapports particuliers entre l’imprimé et le net, etc. Cette étude préalable permet aux participants une sensibilisation aux usages et aux rapports typographiques, à la composition d’une mise en page, aux rapports textes / images, à la notion de chemin de fer, etc.

Par ailleurs, les élèves effectuent une recherche sur une problématique d’actualité, afin d’en anticiper les développements possibles dans les années futures. Forts de ces connaissances, les groupes proposent à Pierre Vanni des hypothèses graphiques d’un possible journal imprimé en 2022 et les rapports que celui-ci pourrait entretenir avec Internet. Les différentes hypothèses constituent ainsi le matériel d’un projet visuel et graphique que crée finalement Pierre Vanni, sous les formes « net » et « print ».

Le projet New(s)paper rassemble 11 groupes d’élèves autour de Pierre Vanni et des artistes-graphistes Samuel Bonnet, Marc Armand, Vincent de Hoÿm, Sébastien Bonnet, qu’il invite à se joindre à lui pour l’année scolaire 2011-2012. Le projet est finalisé dans un double objet d’édition, numérique et imprimé, prenant la forme éditoriale d’un journal, mutualisant les propositions de tous les groupes. Le journal édité à 1000 exemplaires est distribué à tous les participants, aux familles et aux établissements d’enseignement. Il sera visible au public lors d’une présentation au Cneai à Chatou.

Ce programme est soutenu par la Drac / Sdat, dispositif Fédérateurs, le Rectorat de Versailles, l’Inspection académique des Yvelines et le Dicréam, Ministère de la culture et de la communication.